Journée d’études du 9 novembre 2012 : Paysages et écofictions

Responsables scientifiques :

Patrick Barrès & Sophie Lécole Solnychkine

Présentation :

Les pratiques de l’écologie sont comprises en rupture avec les modèles de récapitulation convenus – la Nature entendue au sens de quête ontologique (authenticité du site, mirage de l’origine), l’ « Environnement ». Il s’agit de revenir sur les acceptions du terme « écologie » et sur les différents discours qui le construisent. La question de l’écologie ne peut-elle pas être étendue à des processus fictionnels dans le champ de l’art ? L’étude des expériences menées actuellement dans le domaine de la construction paysagère permet d’identifier des scénarios poïétiques, de reconnaître les enjeux esthétiques qui y sont associés, et de mettre au jour les nouveaux usages qui en émergent.

Programme :

  • 10 h 00 : Accueil des participants
  • 10 h 15 : Patrick Barrès, Pr Arts Appliqués, Arts Plastiques, UTM

Poïétique de la sédimentation, écofiction et paysage dialectique

Robert Smithson a ouvert la voie, dans les années 1960-70, à une approche artistique du site, fondée sur une « sédimentation de l’esprit », et organisée autour d’une dialectique entre des actions in situ et des pièces relais. Cette pratique du site/non site oriente l’investissement du milieu de culture vers une culture du milieu, des matériologies de site vers une nouvelle pensée de l’écologie (en rupture avec une « écologie idéaliste »). Les esquisses paysagères engagées sur ces différents champs de pratiques rencontrent, par les voies d’un pittoresque revisité et assorti à un exercice de fiction, les termes clefs d’un « paysage dialectique ».

Des livres et des carnets d’artistes de Pierre Duba, de Vincent Fortemps, de Michael Matthys et de Charline Lacau, publiés ces dernières années, prolongent la pratique de l’écofiction et l’invention du « paysage dialectique », à partir de l’exploration des « champs de sédimentation » (Smithson) de nos milieux urbains, suivant une « logique de la trace » (Christian Chelebourg), une plastique du fluide et une poïétique de l’altération.

  • 11h : Pause
  •  11 h 15 : Charline Lacau et Julien Menta, plasticiens

Béton sacré – Balises paysagères

Le déplacement est un moteur de mon travail et de mon inspiration. De façon générale, les images de cette série témoignent de mes dérives à travers les frontières et les interstices d’un espace urbain qui s’étend chaque jour un peu plus loin. Dans ces lieux qui sont cachés de la vue de tous, la végétation reprend d’assaut des architectures délaissées. Ces territoires sont comme des jardins secrets qui renversent nos codes et repères habituels.

Ma démarche s’inscrit dans cette recherche poétique et revendique une volonté de prendre du recul sur la rigueur des espaces urbains actuels. Cette quête initiatique fait partie de mon quotidien. Elle me permet de garder l’esprit à la fois libre et conscient de la précarité de notre civilisation  et du fait que jamais notre avenir n’a été aussi incertain.

Charline Lacau ©, Col du Mont-Cenis, Photographie, 90 x 120.

 

Charline Lacau ©, Côte Dalmate, Photographie, 90 x 120.

 

 

  • 12 h 30 – 14 h 30 : Pause déjeuner
  • 14 h 30 : Ludwig, plasticien

 Cosmo-travelling

D’une atmosphère-bulle aux modèles de « mousse d’univers », j’explore à travers une pratique du flux notre rapport à l’espace-temps, au cosmos et à la météorologie. Chaque oeuvre est réalisée in clima / in nebula. Chaque oeuvre est vaporisée. Airworks / oeuvres d’air. Mon programme de recherche – un programme spatial – vise à sonder les relations dynamiques que peuvent entretenir fiction cosmique et réalité sidérale, mouvements de l’esprit et de l’univers. À élargir – sous un déluge d’astroparticules, d’hydrométéores et de tempêtes – le champ de la perception des interactions nourrissant notre propre hallucination. Les enjeux aujourd’hui d’un nouveau logos de l’habitation passent peut-être par un élargissement du paysage, par le développement d’un nouvel atomisme et imaginaire, quantiques – à la recherche d’une pensée de l’ « être-fluide ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ludwig ©, machine à brouillard, vidéo-projection d’ondes cosmiques (09 : 49, boucle), son (ondes radio de trou noir), vent lumineux, nuit, tunnel, passage, Nottingham Castle Park, 2012

 

  • 15 h 30 : Pause
  • 16 h 00 : Sophie Lécole Solnychkine, MCF en Arts Plastiques, UTM

Carnet de recherche : Ruines digitales, vestiges naturels

L’imaginaire de la ruine antique a vécu. Si les réflexions de Diderot ou de Wincklemann, ou encore les peintures d’Hubert Robert, nourrissent toujours l’imaginaire contemporain, c’est d’une manière plus distanciée, qui laisse peu à peu apparaître d’autres imaginaires, d’autres récits. Moins tranquilles, parfois même violents, ils questionnent l’évolution de notre relation à la nature et font apparaître une nouvelle donne.

Dans Les Immortels, Tarsem Singh imagine comme cadre à la geste de Persée, le héros antique, un monde-falaise déserté par toute forme de végétal, ruine minérale qui s’apparente au résidu d’une catastrophe mondiale, passée ou proleptique.

Dans Still Life, Jia Zhang Ke filme des ruines au statut bien particulier, puisqu’elles sont en train d’advenir. Dès lors, ce sont les mouvements de l’excavation, le déplacement des gravats, le mélange des couches sédimentaires, qui dessinent les contours d’un nouveau paysage.

Dans ces deux cas, la question de la ruine désigne, plus largement, l’émergence de nouvelles cosmogonies, géopoétiques, lesquelles investissent le matériau écofictionnel en le linéarisant dans une perspective temporelle.

 

  • 16 h 45 : Discussion
  • 17 h 15 : clôture

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *