Journées d’études du 10 et 11 avril 2013

Journées d’Etudes orgnaisées par :

LARA, ESAV et GNCR

Responsables scientifiques : Pierre Arbus, Guy Claude Marie

De l’Essai en Cinéma

La proposition de ces journées consiste à inscrire un préalable et une récurrence à venir dans la rencontre de chercheurs, théoriciens, artistes cinéastes et diffuseurs qui, là, confrontent, échangent, élaborent, expérimentent, discutent, partagent… la forme singulière et cependant très ouverte de cette expression audiovisuelle qui les sollicite au premier chef.

Il s’agit de contribuer à l’exploration et à la cartographie du territoire de ces réalisations (tous formats et durées confondus) qui peuvent être qualifiés, de très ouverte façon également, d’essai cinématographique (qu’il soit poétique, lyrique, théorique etc.).

On pourrait citer [notamment au regard des ambiguïtés qui peuvent être rattachées à cette modalité de l’expression audiovisuelle comme des porosités qu’elle entretient avec les « limites non-frontières » d’autres genres (documentaire, expérimental, journal intime…) qui, eux, sont peut-être autrement fixés, en tout cas en apparence] de très nombreuses œuvres qui peuvent se rattacher à ce domaine et notablement, et ce dans la dernière décennie tout particulièrement, au carrefour des arts plastiques et d’un certain cinéma.

Si nous interrogeons aujourd’hui la forme d’une oeuvre cinématographique loin de toute catégorisation a priori (un film est un film!), il n’en demeure pas moins que la grande opposition fiction vs. documentaire (même pour être discutée!) surdétermine encore les qualifications. Et pourtant n’y a-t-il pas moins documentaire qu’un essai cinématographique ?, et même, sans outrageusement vouloir provoquer, n’y a-t-il pas là très souvent une certaine fictionnalisation de la réalité dans ce projet cinématographique dont le caractère irréductiblement singulier est peut-être le plus dialectiquement éloigné de chacune de ces deux formes référentes tant, dans sa construction même, il intègre d’éléments divers (par ex. ré-emplois divers de fragments pré-éxistants …), tant il brouille parfois les pistes dans le ton, dans les enjeux etc., tant il apparaît d’emblée, et quasiment toujours, comme une décision stratégique qui s’impose à son auteur(e) pour qui il importerait d’abord de dire plutôt que montrer. Au point qu’une première approche pourrait être de le définir par l’exclusion : un essai n’est ni une fiction ni un documentaire! Ce qui est d’ailleurs le cas assez généralement accepté pour l’écrit…

De ce point de vue, les oeuvres audiovisuelles qui, se situant dans ce champ là, et qui véritablement frappent juste, en leur temps et au-delà, sont le plus souvent celles qui, en même temps qu’elles s’originent d’une indiscutable singularité sensible, ne peuvent se déprendre, même de façon ténue et cristalline, d’une certaine inquiétante étrangeté du théorique et qui savent cependant que, dans le champ de la critique sociale comme dans le champ des pratiques artistiques et de leurs évidentes interactions dialectiques, le théorique n’assure de rien, qu’il ne donne jamais ni le jour ni l’heure, qu’il est fait pour former le jugement, qu’il n’est pas sans emploi.

Il importe de tenter dans les labyrinthes de ces confusions, parfois fascinantes, de tracer quelques repères, de débrouiller quelques pistes généreuses, subtiles, inventives… Il importe certes de questionner un patrimoine existant, inconnu ou méconnu, ou bien se constituant, mais il importe aussi de recevoir et partager quelque chose d’un art en question.

L’objectif n’est pas de parvenir (enfin?) à une quelconque définition dogmatique de l’essai cinématographique, mais d’en cerner certaines caractéristiques, d’en rendre visible certaines exigences et certains enracinements, d’en mesurer, du point de vue de l’intelligence sensible, la force de frappe dans l’époque….

Les intervenants sollicités qui appartiennent au domaine de la recherche comme à celui de la création mais aussi celui de la diffusion, oeuvrant dans le champ du cinéma comme dans celui des arts plastiques, développeront librement leur proposition au plus près de leurs préoccupations personnelles, comme un écho, une précision, une illustration, une discussion … de tel ou tel aspect du paysage ainsi esquissé.

Guy-Claude Marie

 

Intervenants :

  • Pascale Cassagnau (chargée de mission au CNAP)
  • Vincent Dieutre (cinéaste, enseignant)
  • Jordi Vidal (essayiste, cinéaste)
  • Jean-Pierre Rehm (délégué général FID Marseille)
  • Pierre Arbus (enseignant ESAV Toulouse)
  • Olivier Dollinger (cinéaste, enseignant Ecole d’Art Toulouse)
  • Sergueï Wolkonski (Doctorant ESAV, enseignant Ecole d’Art de Perpignan)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *