14/18 : le scandale par les imaginaires – 11e colloque de Sorèze

14-18 – Le Scandale par les imaginaires

Colloque International Interdisciplinaire

Organisé par l’ESAV et l’équipe Esthétique de du LARA.

26, 27, 28 février 2014 – Abbaye Ecole de Sorèze – Pour venir à Sorèze : suivre le lien

A l’occasion des commémorations du centième anniversaire du début de la Grande Guerre

Comment les représentations imaginaires de la 1ère guerre mondiale sont elles susceptibles de réorienter l’interprétation de l’Histoire.

Les représentations simultanées (journaux, photographies, poèmes, textes écrits au feu), a posteriori (romans, nouvelles, films, œuvres théâtrales, peintures, œuvres plastiques) voire a priori, de la première guerre mondiale sont nourries d’imaginaires singuliers et intimes, que l’histoire n’a pas nécessairement voulu ou su interpréter pour ne pas faillir aux orientations d’une thèse, sinon dominante, du moins majoritairement partagée au moins jusqu’aux années soixante, celle du consentement patriotique des combattants. Frédéric Rousseau, historien et chercheur au CNRS, la dénonce dans son Histoire des Combattants européens de 14-18, en la fondant sur sa vocation à constituer une mythologie du sacrifice, de la résistance et de l’engagement. Sans doute, écrit-il en substance, certains dialogues de La grande Illusion (Renoir, 1936) témoignent-ils de cette forme de détermination patriotique, mais peut-on croire en la représentativité de Charles de Gaulle et de Jacques Rivière, personnages du film, dès lors que leur héroïsme débordent l’humanité ordinaire du plus grand nombre des anonymes combattants, artistes et intellectuels compris.

Cette querelle avère, de surcroît, la nécessaire opposition de classe au sein même de la nation Française qui a présidé à l’initiation de ce conflit avec ce nouvel ennemi héréditaire venant remplacer l’Angleterre : l’Allemagne de Bismarck. En effet, sur la scène nationale, tandis que se jouait une guerre des paradoxes, entre le colonialiste pacifique Jaurès et l’anticolonialiste guerrier, Clémenceau, le peuple des ouvriers, employés, paysans se préparait, au parterre, a faire front pour protéger la bourgeoisie et l’aristocratie des villes, non pas tant des Allemands, que de la tentation révolutionnaire perpétuelle de tous ces anciens communards qui les avaient tourmentés durant tout le XIXème siècle.

A l’écoute des témoignages (journaux, correspondances…) Rémy Cazals initie dans le même temps les travaux autour de la guerre vécue et s’attache à la diversité, à la singularité et à la richesse intime des récits individuels qu’ils permettent d’élaborer.

Mais le siècle passé, il est temps que les propositions imaginaires, les métamorphoses poétiques de la mémoire, les synthèses d’artistes, souvent délaissées au lendemain des grands événements de l’Histoire, au profit des archives officielles et de la parole des élites, dans un premier temps, puis des contenus explicites des témoignages individuels, ensuite, il est donc temps que l’on prête attention a ce que nous disent de la guerre ces films de cinéma, ces textes littéraires, ces œuvres picturales ou plastiques, photographies, poèmes, bandes dessinées… Non pas seulement à travers les sujets qu’ils abordent, aux contenus qu’ils dévoilent, mais à l’anatomie, à l’histologie, pour ainsi dire, de la parole qui les énonce, ses bruissements, ses frémissements et tout ce qu’elle nous murmure au creux de l’oreille, et qu’il nous faut comprendre à l’aune de nos convictions, des résonnances de nos histoires individuelles, familiales, collectives, de notre culture, de nos convictions et croyances, de nos engagements idéologiques, sans craindre aucunement d’aller au rebours d’un certain mode officiel de fabriquer l’Histoire.

A la question que racontes- tu, que filmes-tu ? Le cinéaste tunisien Nacer Khèmir répond je ne sais pas toujours, mais je sais qu’une grosse bataille de mémoire est engagée, car la mémoire est un pilier quasi magique.

De son côté, Abel Gance a réalisé J’accuse (1919) sur un scénario de Blaise Cendrars : un réquisitoire contre les vaincus, où des vagues de fantômes, de gueules cassées et d’autres poilus éreintés, viennent réclamer que leur sacrifice n’ait pas été vain. Par la suite et de différentes manières, ce sera une liste impressionnante de films, œuvres littéraires et picturales, qui se souviennent de 14-18, venus de France, de Grande Bretagne, d’Italie, des USA, de Russie, au risque de la mémoire du monde, réalisés par David W. Griffith, Vselodov Poudovkine, Charles Chaplin, Joseph Losey, Stanley Kubrick, Francesco Rosi, Bertrand Tavernier, Jean Renoir, Jean-Pierre Jeunet, Ernst Lubitsch, Georg W. Pabst, Attenborough ou Rouffio, Fournier ou Giono, Hemingway, Peguy, Barbusse, Dos Passos, Céline, Genevoix, Chagall, Bonnard, Léger… Mais il y a aussi le cinéma des actualités, qui souvent, loin du front, a pu saisir dès 1914 les conséquences de la guerre dans un pays majoritairement rural où, en l’absence des hommes, dominait l’activité des femmes dans tous les aspects de la vie, notamment aux champs et dans les usines.

Et c’est aussi l’époque d’un renversement qui verra la production cinématographique française céder le premier rang aux industries du rêve d’Amérique.

Ce colloque se voudrait aussi celui des films de créateurs-chercheurs qui, dans les pratiques diverses des arts, du cinéma, des sciences humaines et sociales, sont autant de segments de clarté qui fabriquent ou regorgent d’autres munitions nécessaires à l’analyse rigoureuse d’un versant de la mémoire, ici celle du cinéma de 14-18.

Les interventions nous proposent de révéler ce que les imaginaires construisent d’une réalité qui a du mal à se dire en dehors de la structuration consensuelle et rationnelle des objets de mémoire. Désir, foi, fantasme, plaisir sans doute, contamination d’une vision de l’autre, du monde et de la société, hypothèses irrévérencieuses à l’égard de la doxa, et jusqu’à l’humble démonstration selon laquelle les représentations imaginaires n’ont pas vocation à transmettre des idées, mais plutôt à faire émerger tous les scandales tus.

Pierre Arbus

Programme

Mercredi 26 février 2014

  • 10 h : Ouverture du ColloqueJean-Louis Dufour (MCF Université de Toulouse II le Mirail, Directeur de l’ESAV) – Pierre Arbus (MCF Université de Toulouse II le Mirail – ESAV – LARA)

ANGELUS NOVUS – L’ANGE DE L’HISTOIRE

Modératrice : I. Labrouillère

  • 10 h 30 – 11 h 15 : Hélène Frazik – Doctorante, Université de Caen-Basse Normandie – Cicatrices de la Grande Guerre: résurgences des mutilés et des Gueules Cassées dans le cinéma fantastique français de l’entre-deux-guerres

Durant l’entre-deux-guerres, les traumatismes physiques causés par la Grande Guerre ont très souvent resurgi dans les séquences fantastiques de certains films français. A partir de cette observation, cette communication proposera l’analyse de plusieurs séquences fantastiques de films de cette période traitant directement ou non de la guerre. Il s’agira de voir à la fois comment les cinéastes ont trouvé dans le fantastique un moyen d’expression apte à faire apparaître une vision critique souvent violente de cette guerre et de ces maux, mais aussi de voir comment le fantastique s’est nourri de ces cicatrices pour renouveler ses propres formes.

  • 11 h 15 – 11 h 30 : Pause
  • 11 h 30 – 12 h 15 : Christophe Beney – Docteur en cinéma, Université de Picardie Jules Verne, Prix de thèse 2011 – L’Oeil était dans le cheval et regardait la guerre, Cheval de guerre, du roman pour enfant au film de Steven Spielberg

En 1982, Michael Morpurgo fait d’un cheval le protagoniste de son roman consacré à la Première Guerre mondiale. Quel meilleur témoin que celui qui voit tout, mais a besoin d’être guidé, comme s’il incarnait une Histoire ayant la fiction pour cavalier ? Long travelling au cœur de la Première Guerre mondiale, Cheval de guerre s’adresse d’abord au jeune public. Après avoir été adapté au théâtre, Steven Spielberg s’approprie l’œuvre afin de poursuivre sa grande interrogation à l’égard de la guerre : comment arriver à « dé-voir » les horreurs qui ont été vues, à plus forte raison quand l’œil est le plus gros de tous ?

  • 12 h 15 – 13 h : Raphaëlle Costa de Beauregard – Professeur Emerite Anglais et culture anglaise, Université de Toulouse II le Mirail, fondatrice de la SERCIA – L’épouvantable au cinéma et 14-18 : du spectaculaire à l’intime

Les images de 14-18 sont celles d’une expérience de  ‘l’épouvantable’. Cependant, l’épouvantable est déjà institutionnalisé comme spectacle sensationnel, avec la série Fantômas de Louis Feuillade (1913-1914). Le cinéma étant aussi mémoire, les images qui y coexistent sont sujettes à des résurgences inattendues. L’épouvantable n’est plus spectacle mais expression de l’intime. Ainsi, paradoxalement, la ‘mise à distance’ par la caméra paraît aussi avoir engendré une proximité plus redoutable de l’épouvantable.

  • 13 h 15 déjeuner

Modérateur : J.L Dufour

  • 15 h  – 15 h 45 : Marion Delage de Luget – Docteur en Esthétique, Université de Paris 8 Vincennes – Laboratoire GERPHAU – Quand Kader Attia donne un nouveau visage à la grande guerre : la barbarie comme outil de résilience

Selon Benjamin, 14-18 marque un moment de disqualification de l’expérience : les poilus sont revenus du front impuissants à communiquer leur vécu, interrompant la transmission trans-générationnelle sur laquelle s’échafaudait jusqu’alors le patrimoine culturel. Pour dépasser le trauma du conflit, Benjamin propose une nouvelle barbarie : cesser d’envisager la culture comme l’outil servant le mythe d’une nation organique pour réapprendre à inventer, sans l’autorité d’un modèle. Voyons comment Kader Attia travaille les dissentiments de cette guerre afin de proposer une alternative aux normes qui ont conduit au conflit, et ouvre l’après-guerre qu’espérait Benjamin – une possibilité nouvelle de vie commune.

  • 15 h 45 – 16 h 30 : Joël Mak dit Mack – Docteur, enseignant en histoire en Lycée – La figure métaphorique du mort vivant et sa relation à « la Grande Guerre » (1919-2013)

La figure moderne du mort-vivant traverse notre histoire culturelle mondiale récente depuis plus d’un siècle. Le mythe s’inscrit davantage dans l’industrie cinématographique des années 30 teinté de tradition vaudoues mais il se réinvente avec Georges Roméro  dans une critique profonde du consumérisme. Or, aucune interprétation ne semble avoir été proposée au sujet des hordes de revenants sorties de leurs cimetières et demandant des comptes aux vivants, telles que les a conçues Abel Gance. Il s’agira de montrer comment 14-18 façonne une vision poético-fantastique et horrifique d’une cohabitation macabre entre les vivants et les morts, puis comment le second conflit mondial phagocyte et occulte progressivement tous les imaginaires, reléguant un conflit pourtant majeur à la dimension d’une simple icône devenue coquille vide à travers jeux vidéo et Blockbuster.

  • 16 h 30 – 16 h 45 : Pause
  • 16 h 45 – 17 h 30 : Sylvain Louet – Professeur agrégé de Lettres modernes, Doctorant en études cinématographiques, Université de Marne-la-Vallée, équipe LISAA – Le sceptre et le sabre. Représenter la grande guerre comme un atelier du droit.

J’étudie comment certains films, en représentant la Grande Guerre, mettent en œuvre une interrogation sur le droit et la justice. Un double ancrage historique rend ce questionnement essentiel. D’une part, avec la Grande Guerre, chacun s’est demandé comment maintenir un horizon de justice, alors que le droit de la guerre servait à justifier l’épouvante, ou que le glaive (emblème de la violence physique légitime) et la balance (symbole d’équilibre et de mesure) semblaient avoir été remplacés par la chair et l’acier. D’autre part, aux lendemains de la guerre, le droit a pu apparaître comme un horizon politique majeur, dans un monde pacifique où le droit primerait sur la force.

  • 17 h 30 – 18 h 15 : Elodie Tamayo – Doctorante, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle, laboratoire IRCAV

Abel Gance voit dans l’atrocité de la Grande Guerre la confirmation irrécusable de la mort de Dieu prescrite par Nietzsche. Son cinéma prend alors à sa charge les prérogatives du dieu aboli. Ses projets de films nommés « évangiles de lumière » proposent une virulente hérésie en cinématographe par laquelle la machine-cinéma prend la relève d’un spirituel en disgrâce. Processus apocalyptique par lequel l’œil juge et martyr de la caméra condamne, révèle et possiblement absout le monde et le spectateur dans la gloire inouïe de la « photogénie ». Le Ecce homo d’Abel Gance profère : je ne suis pas un film, je suis de la dynamite.

Jeudi 27 février

MOTS DE L’INTIME

Modérateur : Guy Chapouillié

  • 10 h – 10 h 45 : Alina Bako – Assistante universitaire, Etudes Romanes, Université Lucian Blaga, Sibiu (ULBS), Roumanie, membre du Centre de Recherches Philologiques et interculturelles – Représentation de la guerre dans la littérature roumaine au début du XXème siècle

L’image de la première guerre mondiale apparait comme une représentation  ultra lucide, authentique de la société qui renvoie à une réalité cruelle, soumise à une crise de l’individu et de la communauté. Dans la littérature, la menace permanente de la guerre renvoie à une sorte de confort de l’individu qui ne réagit plus. Par rapport à la littérature européenne de cette période, la littérature roumaine trouve son inspiration dans les oeuvres des romanciers français modernes. Les formules littéraires de Marcel Proust et André Gide devienent des modèles pour des écrivains roumains comme Camil Petrescu ou Hortensia Papadat-Bengescu.

  • 10 h 45 – 11 h 30 : Marthe Compain – Docteur en littérature, Université de Toulouse II le Mirail, laboratoire  PLH – ELH – « Tout est contaminé, maintenant » : la vision de la guerre par Mireille Havet

Mireille Havet se décrit comme appartenant à « une génération de fer que la guerre a rudement forgée ». Cet événement majeur agit dans l’esprit littéraire de la diariste et poétesse comme un phénomène surhumain, et surnaturel. Aux yeux de celle-ci, les ravages de la guerre sont non seulement psychologiques, artistiques, mais également politiques. Cette guerre, après avoir « tué les saisons », dévasté la société, assassiné ses amis, va offrir à Mireille Havet l’occasion de révéler son côté sombre et monstrueux, en partie lié aux dégâts occasionnés par le traumatisme du conflit sur son âme.

  • 11 h 30 – 11 h 45 : Pause
  • 11 h 45 – 12 h 30 : Chantal Dhenin – Professeur Agrégé, doctorante ULCO, Université de Lille, Laboratoire URHLLI – La guerre et la sortie de guerre revisitées par un écrivain régionaliste du Nord : Léon Bocquet (1876-1954)

Léon Bocquet, auteur de Le fardeau des jours, édité chez Albin Michel en1924, co-fondateur de la NRF, désenchanté par son cercle parisien, fait, de ce roman de sortie de guerre, un récit du retour, la saga d’une famille broyée. Le fardeau des jours, à la fois poétique, déstabilisant et bruissant d’émotions, présente des pistes peu explorées comme la montée en conscience politique des populations, le regard sur les cimetières allemands et la perte de statut social des familles dépossédées de leurs biens. Le roman révèle une réalité qui a du mal à se dire et à s’écrire : celle d’un canton qui fut prospère, et qui n’a pas su retrouver sa richesse ; celle d’une communauté qui rejette les anciennes fidélités (Eglise, politique, traditions familiales) et qui n’en trouve guère de nouvelles ; celle d’individus qui partent à la dérive, faute d’être entendus dans leur souffrance.

  • 12 h 45 : Déjeuner

 

REQUISITOIRES

Modérateur : Pierre Arbus

  • 14 h 15 – 15 h : Guy Chapouillié – Professeur émérite, Université de Toulouse II le Mirail, Fondateur de l’ESAV, Laboratoire LARA – Les Marchands de gloire

Contre l’oubli de la boucherie de 14-18, de rares scandales littéraires ont sauvé l’honneur de la littérature tel le livre d’Andréas Latzko, Hommes en guerre, qui accuse sans détour : Un homme est mort devant mes yeux, j’ai vu la mort et la vie, ces deux titans, se déchirer en lui. Et je serais malade parce que mon cerveau filma cette lutte ? Ce sont les autres les malades, ceux qui parlent de réussite et de victoire avec des yeux brillants… A son tour, la pièce de théâtre Les Marchands de gloires, de Marcel Pagnol et de Paul Nivoix dénonce ces malades du pouvoir, sans scrupules, qui construisent à l’arrière la société d’après guerre, la main sur le fric, avec comme remède à toutes les frustrations des cataplasmes d’oseille. Contre les planqués et les industriels de l’armement, mais aussi contre la mythologie du sacrifice, cette œuvre fait éclater la peau de son époque tout en étant le germe des orientations du théâtre et du cinéma à venir de Marcel Pagnol.

  • 15 h – 15 h 45 : Aurélie Ledoux – Maître de Conférences en Etudes Cinématographiques, Université Paris Ouest Nanterre, équipe de recherche HAR – « Dire la guerre depuis l’arrière : Le Sang noir (Guilloux/Kassovitz) et Un long Dimanche de fiançailles (Japrisot/Jeunet) »

La confrontation de ces deux œuvres amène à penser le scandale dans le contrechamp des combats, à l’arrière. Car « il y a deux guerres, celle qu’on fait et celle qu’on dit, et qui n’ont presque rien de commun » (Alain). Ainsi, même lorsqu’ils prétendent en dire l’horreur, le récit ou le film de guerre participent de la dissimulation du scandale en le réduisant à la question de la violence physique. La dénonciation véritable – sociale et politique – ne pourrait donc se faire que d’un lieu paradoxal : loin du front, depuis l’arrière, là où en vérité la guerre s’est jouée.

  • 15 h 45 – 16 h : Pause
  • 16 h – 16 h 45 : Céline Piot – Docteur en Histoire, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, laboratoire CEMMC, professeur d’histoire-géo en lycée – « Capitaine Conan : une réécriture de la Grande Guerre par le cinéma ? »

Au sein de l’historiographie concernant 1914-1918, une école historique domine, celle qui veut que le premier conflit mondial soit à l’origine d’une culture de guerre et d’une « brutalisation » des sociétés européennes. Ces concepts sont cependant contestés par d’autres historiens qui prônent, à l’inverse, une culture de paix. Les films historiques peuvent suivre un seul discours sans le confronter à d’autres et, par là même, participer à l’écriture de l’histoire en étant susceptibles de réorienter l’interprétation des événements. C’est le cas du film Capitaine Conan de Bertrand Tavernier (1996) qui traite des lendemains de guerre. Si de nombreuses idées novatrices peuvent être relevées (comme l’évocation de la justice militaire, le rôle de l’armée d’Orient, le prolongement de la mobilisation, la lutte contre les bolcheviks…), la mise en évidence de la violence de certains combattants montre que le film suit le discours idéologique dominant, d’autant qu’il dit également, implicitement, que 1914-1918 est à l’origine de l’apparition des totalitarismes, idée très contestée car particulièrement contestable.

  • 16 h 45 – 17 h 30 : Kees Bakker – Conservateur de la Cinémathèque de Toulouse – Verdun, visions d’Histoire (Léon Poirier, 1928) : une nouvelle représentation de la Grande Guerre

Réalisé en 1928 par Léon Poirier, Verdun, visions d’Histoire est un film fondamental dans la construction de l’imaginaire de la Grande Guerre. Cette « fresque » pacifiste de près de 2h30 est en effet le premier film dans lequel l’enfer de la guerre, vécu par les soldats dans les tranchées, est représenté avec un tel réalisme. Lors de sa sortie en 1928, le film est un véritable choc pour les anciens combattants, qui retrouvent là la violence quotidienne qu’ils avaient vécue, mais qu’aucune caméra n’avait pu filmer pendant le conflit. Le paradoxe de ce film est d’avoir été largement éclipsé par la version sonore, réalisée par Léon Poirier lui-même en 1931, moins puissante et plus didactique. Cette communication montrera en quoi ce film, redécouvert récemment grâce à la restauration de la Cinémathèque de Toulouse (2006), est un film matriciel de la mémoire de la Première Guerre mondiale – au point d’être repris systématiquement dans divers documentaires historiques, qui n’hésitent pas à faire passer pour « images d’actualité » des extraits de ce film de fiction.

  • A 20 h 15 : Ciné-concert – Film de Léon Poirier, Verdun, visions d’histoire, accompagné au piano par Hakim Bentchouala-Golobitch, d’après la partition originale d’André Petiot

Vendredi 28 février

ECRANS DE LA MEMOIRE

Modérateur : Bérénice Bonhomme

  • 10 h – 10 h 45 : Abdelatif Fdil – Doctorant en Esthétique de l’Audiovisuel, Université de Toulouse II le Mirail, Laboratoire LARA – La Représentation imaginaire de l’engagement des Marocains aux côtés de la France au cours du 1er conflit mondial (1914-1918)

Sous protectorat français depuis la signature des accords de Fès, en mars 1912, le Maroc est, dès août 1914, automatiquement impliqué dans la guerre. L’ensemble des ressources, humaines et matérielles, est mobilisé pour contribuer à l’effort de guerre de la France. Les tirailleurs et spahis marocains jouent un rôle majeur lors de nombreuses offensives, faisant d’eux des combattants reconnus pour leur bravoure et leur fidélité à la France. Ils sont principalement suivis dans leurs étapes de repos ou lors de fêtes de régiment. Le fonds photographique et cinématographique conservé par l’ECPAD contient de nombreuses images sur le Maroc. Une quarantaine de films et plusieurs centaines de clichés relatent l’importance tenue par l’économie et la population marocaines dans la poursuite de la guerre. Plusieurs reportages montrent de nombreux portraits de combattants qui présentent leurs fanions flanqués de l’étoile chérifienne ou arborent la coiffe traditionnelle. Le ministère de la defense française et le Centre National de Cinema conservent également de nombreuses collections réalisées sur le territoire marocain avant et pendant la Grande Guerre. Plusieurs témoignages visuels laissés par des militaires disposant d’appareils photos montrent l’importante présence militaire commandée par le général Lyautey. Ils contiennent des photographies prises au Maroc comme en France pendant cette guerre et aussi des clichés, qui témoignent de cet effort qui donnent également une place importante à la richesse architecturale des villes marocaines ainsi qu’à la diversité des populations.

  • 10 h 45 – 11 h 30 : Anthony Guyon – Professeur certifié, Professeur au Lycée d’Antibes, doctorant, Université de Montpellier III, laboratoire CRISES – Du sauvage au soldat, les tirailleurs sénégalais dans les imaginaires entre 1914 et 1930

Dès 1914, les tirailleurs sénégalais ont fait l’objet de nombreuses représentations iconographiques mettant en exergue leur « animalité » et leur barbarie pour terroriser l’ennemi. Au lendemain du conflit, l’iconographie les utilise pour incarner des indigènes aux capacités intellectuelles limitées mais qui peuvent être « civilisés » par la colonisation.Si l’iconographie reste souvent caricaturale et peu révélatrice de la guerre vécue par le tirailleur, la littérature offre un support plus proche de la réalité. Témoignages, poèmes et romans proposent un regard plus complexe sur ces hommes déracinés qui tend à rapprocher leur quotidien de celui des soldats de métropole.

  • 11 h 30 – 11 h 45 : Pause
  • 11 h 45 – 12 h 30 : Emmanuel Cano – Professeur Histoire, cinéma en Collège, Formateur IUFM, Doctorant, Université de Toulouse 2 le Mirail, Laboratoire LARA –  Oh ! Uomo, de A. Ricci Lucchi et Y. Gianikian. L’archive et le regard

Dans un contexte de patrimonialisation de la Grande Guerre au cinéma, et de commémorations liées à son centenaire, les deux cinéastes italiens A. Ricci Lucchi et Y. Gianikian, rassemblent des images d’archives du premier conflit mondial à travers l’ensemble du continent européen pour leur donner une seconde vie. Au cours d’un travail immense de transformation de ces images, les deux cinéastes mettent en œuvre une poétique par le biais de ce qu’ils nomment une caméra analytique. Cette dernière leur permet d’interroger le statut des images, leur lien initial avec la propagande, et de faire surgir l’extrême violence du conflit en décelant leurs détails, et en creusant les histoires individuelles et anonymes à l’écran et dans l’Histoire. Surtout, grâce au dispositif qu’ils mettent en œuvre, et tissant des liens entre le passé et le présent, ces deux auteurs travaillent l’imaginaire et la mémoire, et ce déjà en rappelant la fragilité des choses humaines dans celle de la matière filmique, et les questionnements quant à la difficulté et la nécessité de garder des traces du réel.

  • 12 h 45 : Déjeuner

Modérateur : Amanda Studniarek

  • 14 h 30 – 15 h 15 : Adrien Genoudet – Chargé de cours Sciences Po Paris et EHESS, Doctorant, Université de Paris VIII – EHESS, associé IHTP du CNRS Paris et Musée Albert Kahn – La Grande Guerre à travers la circulation des « images Albert Kahn », la conception d’un « chrononyme visuel »

Le fonds cinématographique et photographique du Musée Albert Kahn reste aujourd’hui peu connu. De par leurs circulations, ces images, extrêmement rares et précieuses, constituent une base essentielle de notre perception visuelle de la Grande Guerre. En nous intéressant sur leurs diffusions et leurs multiples appropriations et remédiations, nous essaierons de définir ce que nous appelons un « chrononyme visuel » – c’est-à-dire ce moyen que nous avons pour résumer une période historique précise. En nous penchant sur le chrononyme qu’est la « Grande Guerre », nous verrons comment l’image conditionne l’écriture de l’histoire et notre perception du temps historique.

  • 15 h 15 – 16 h : Nicolas Verschueren – Chargé de recherches FNRS, professeur Université Libre de Bruxelles – La filiation du Soldat au Mineur

À partir d’une réflexion sur les représentations artistiques de la mine et des mineurs, cette communication tend à démontrer la manière dont la Première Guerre mCharondiale a fixé pour longtemps le binôme du mineur/soldat. De 1918 jusqu’à nos jours, cette démonstration s’appuie sur des films allemands, des écrits prolétariens belges, de la bande dessinée française, des affiches américaines, des romans anglais et tchèque ainsi que des figures historiques mythiques pour tracer la filiation du soldat au mineur. En guise de conclusion, il sera proposé une hypothèse de recherche qui verrait le passage d’une histoire culturelle de ce binôme à une histoire sociale au travers de la mise en récit de l’immigration italienne en Belgique.

  • 16 h  – 16 h 15: Pause
  • 16 h 15 – 17 h : Catherine Bouko – Maître de Conférences, Université Libre de Bruxelles, dpt Info-com – L’expérience Léon Vivien ou la mise en récit de la Grande Guerre sur Facebook

Comment intéresser les jeunes générations à la Grande Guerre, alors qu’ils s’en sentent très éloignés? Le Musée de la Grande Guerre de Meaux a choisi de sensibiliser les jeunes en créant au printemps 2013 la page Facebook du poilu virtuel Léon Vivien, mobilisant ainsi leurs compétences et leurs pratiques médiatiques quotidiennes. Dans un premier temps, j’aborderai le changement de paradigme muséal actuellement observé, qui implique une évolution dans le traitement de la Grande Guerre par les musées, dans leurs murs ou via les interfaces médiatiques qu’ils utilisent. Ensuite, j’examinerai l’expérience Léon Vivien menée sur Facebook. Nous verrons que le conflit s’y voit doté de nouvelles lisibilité et visibilité, qui modifient sensiblement notre rapport à l’Histoire.

Comité Scientifique

  • Jean Louis Dufour, Directeur de l’ESAV, Maître de Conférences, LARA / Université de Toulouse II le Mirail, responsible scientifique du 11ème Colloque
  • Pierre Arbus, Maître de Conférences, ESAV / LARA / Université de Toulouse II le Mirail, co-responsable scientifique
  • Guy Chapouillié, Professeur émérite, ESAV / LARA, Université de Toulouse II le Mirail
  • Serge Regourd, Professeur, Université de Toulouse I Capitole
  • Gérard Leblanc, Professeur, Ecole Nationale Louis Lumière

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *