Paul Lacoste

Présentation

Avec la thèse de Doctorat soutenue en 1994, il s’agissait de matérialiser le cinéma. A la fois montrer les capacités de cet art à donner aux spectateurs des sensations matérielles : de feu, d’eau, de terre, d’air, dans un « Parti-pris des choses » pongien, et aussi, après François Dagognet, de rematérialiser le film, en défendant les matières du support comme la pellicule, le projecteur, l’optique, car seules elles peuvent ainsi relayer les matières du monde.
Pourtant, de façon relativement insidieuse, ce qui aurait dû être une cosmogonie de toutes les matières, une déclaration d’amour aux Choses, s’est peu à peu transformée exclusivement en étude du support filmique. Cette recherche de singularité, ressembla à une recherche d’autonomie, de pureté. Il y eut néanmoins une conséquence filmique à tout cela. Un long métrage de fiction (« L’île au Phare »)», dans lequel seule la beauté du support comptait vraiment, niant en quelque sorte toutes les matières externes que le cinéma sait pourtant si bien prendre en charge.

Juste après la thèse, dès 1998, c’est un poste de Maître de Conférences à l’ESAV, l’Ecole Supérieure d’audiovisuel de l’Université Toulouse le Mirail. Ma principale tâche fut, dès le départ, de former des jeunes gens à la réalisation audiovisuelle et cinématographique. Si bien que mes films, déjà pris dans les filets de la recherche, furent aussi pris dans ceux de l’enseignement. Ils me furent indispensables pour parler la même langue que mes étudiants. Mais en même temps grandissait, comme « au dessus » du réalisateur, l’injonction de l’enseignant de cinéma, soucieux d’être à la hauteur « théoriquement ».Même si ce sont des films d’expérience, où les hypothèses sont légions, loin des formats du reportage télévisé. Nous savons depuis Eisenstein, Mauss, ou bien Rouch, que le film, peut-être parfois mieux que l’écrit, sait représenter à la fois le résultat d’une recherche et sa conduite entière, le Concept et son édification.

Et voici, fort heureusement pour la vitalité de l’enseignement, de la recherche, et je l’espère, de la création, que ce projet de documentaires sur l’imagination des grands chefs voit le jour en 2000. Même si l’injonction était télévisuelle,  l’exigence de création-recherche a évidemment exigé une attention spécifique sur le substrat, notamment sur le travail du son, si déterminant pour le spectacle matériel (le son, c’est l’intérieur des choses), et sur les gros plans, non métonymiques, mais « télescopiques », pour une leçon de complexité et non d’épure.

La série documentaire « L’invention de la Cuisine », a donné lieu à une HDR soutenue le 6 mai 2009, devant le jury suivant : Mesdames les professeurs Anne-Marie Granié, Marie-Hélène Tramus, Messieurs les professeurs Jean-Pierre Poulain, Christian Coulon, Guy Chapouillié (directeur de recherche), et le cinéaste Alain Cavalier, grand amateur de la série.

En chemin, on a aussi découvert un nouveau continent : l’expression culinaire, qu’il nous arrive avec des anthropologues, de comparer à l’ancêtre commun de toutes les formes d’art.
Pour rester en terrain connu, on a montré que la cuisine est une poïétique qui vient directement « s’emboîter» sur la poïétique filmique. Ainsi on a tenté un parallèle qu’on espère fertile. Conception, marché, mise en place, dressage, chacune de ces étapes viennent questionner la poïétique cinématographique. Il y a dans les deux processus les mêmes mélanges, les mêmes tensions, entre un doigté nécessaire (une pensée manuelle qui ne se résume pas à de la technique), et une conceptualisation.
Il y a aussi une forme de création collective. Non qu’un ouvre intime puisse voir partager des imaginaires. Mais comme pour la cuisine, comme pour le théâtre, comme pour la peinture de la Renaissance, il y a tant à faire, et les débats à l’origine des forces qui vont édifier l’ouvre sont si riches et nombreux, qu’il doivent s’élaborer au grand jour, plutôt que de rester dans un seul crâne.
Lorsque l’équipe de cinéma arrive en cuisine, c’est vraiment brigade contre brigade, et les similitudes sont évidentes. On a donc tenté de revaloriser ce travail collectif, cette pensée manuelle, et ces leçons, de rythme, d’harmonie, de contrepoint que propose la poïétique culinaire.
Mais la cuisine est également une esthétique. Elle réclame risque, engagement, expression, comme le cinéma. C’est certes un art sans musée, mais justement, quelle aubaine ! Car dès 2001, prémices de la série, il fallait en jeter les premières pierres. Non comme certains, qui ont cru qu’il fallait adjoindre à la cuisine d’autres arts mieux reconnus, comme les arts plastiques et le design, mais, comme l’a révélé le cinéma, sensation contre sensation, en allant directement à ses singularités.
Enfin, c’est grâce à mon travail filmique de fiction, toujours maintenu en parallèle (plusieurs courts et moyens métrage), qu’a fait irruption le chantier du défilement, du flux filmique, de l’axe temporel.
Avant ces expériences,  le défilement était l’ennemi des solidités et des belles substances de l’image. C’est la norme du projecteur qui corrompt tout, imposant son funeste destin aux images. Or il a été découvert entre temps que même d’un point de vue plasticien,  la transformation, c’est l’émotion, et l’on s’est souvenu d’Eisenstein : « Si l’eau, la vapeur, la glace, et l’acier pouvaient psychologiquement enregistrer leurs sensations dans ces moments critiques (où la matière change d’état), ils diraient qu’ils sont en extase. » (« Le film, sa forme, son sens »).
Outre la continuation de la série documentaire, dans une démarche tout à la fois de création, de recherche, et de constitution patrimoniale, les prochains chantiers porteront sur la tension documentaire fiction. Il s’agit d’expérimenter d’autres conduites cinématographiques sur cette ligne de crête, la plus fertile. Ainsi, une nouvelle aventure de création recherche a été jetée, avec l’écriture d’une dramaturgie « CRUE », qui a donné une pièce de théâtre puis un film « Les Eaux Fortes », pour inventer d’autres façons de travailler avec les acteurs.

Depusi 2012, une intense écriture et réalisation de longs métarges pour le cinéma voit le jour : 3 documentaires et une fictions, sur des sujets moins précis que la cuisine, témoigne d’uneactvité de création recherche. Sans our autant céder à l’autopoïèse, c’est à  dire la mise en théorie de ses propres oeuvres, qui me semble être un processus délétère, je compte néanmoins publier les documents de conception qui ont permis la fabrications de ces films.

 

  • Présentation :

 

  • Thèmes de recherche :

  • La choralité. Le « Je et le Il », la palce du protagoniste dans le découpage visuel. La fin des films,

Dans le cadre de la création recherche, les films écrits et réalisés constituent l’essentiel des mes publications :

I Réalisations Documentaires :

 2013 AliBAba, de Charles Lecoq, long métrage documentaire sur la création d’un Opéra Comique.

 2013 Vendanges, Long Métrage documentaire, Avances sur Recettes CNC, production Everybody on Deck, Distribution Jour 2 fête, sortie septembre 2013. Essai cinématographique sur la condition du saisonnier.

 2012 Entre les Bras, Long Métrage documentaire, production Everybody on Deck, Distribution Jour 2 fête, sortie mars 2012. 30.000 spectateurs France. Sélection festivals de Berlin, San Sebastian, San Francisco, Sydney, Tartu, Sortie nationale aux Etats Unis, Taïwan, Espagne, Allemagne, Belgique… Colloques universitaires et journées d’études à l’INHA, Ouverture Festival Omnivore, Lara… Sur la transmission père fils d’une discipline entre Art et Artisanat.

 2001-2009

L’Invention de la Cuisine (Série de 8 x 52’. Prod La Huit. Diffusions France 5, TV5, NHK, Télévision Suisse Romande, Télé Canada, diffusion DVD) 

Sur l’imagination en cuisine.

Titres :

1/ Michel Bras – Laguiole 2000

2/ Pierre Gagnaire – Paris 2001

3/Olivier Roellinger – Cancale 2001

4/ Patrick Guenon – Bonneville 2002

5/Michel Guérard – Eugénie-les Bains 2003

6/Michel Troisgros – Roanne 2006

7/Gérald Passédat – Marseille 2007

8/Pascal Barbot – Paris 2008

9/Nadia Santini – Mantova 2009

 Premier Prix du Festival du Film Etnologique de Nuoro (Italie) en 2002

Nominés au FIPA en compétition officielle deux années consécutives en 2002 et 2003 dans la catégorie « Documentaires de création » (20 films retenus sur l’ensemble de la production mondiale).

 2004

Un an dans les vignes

(6 x 26’. Prod La Huit. Diffusions TV5, France 5)

1/Mars

2/Avril

3/Mai

4/Juin

5/Juillet – Août

6/Vendanges

 Sur la terre, son rythme et son goût.

Nominé au Festival International des Œuvres Cinématographiques, des Arts et Métiers de la Vigne et du Vin – 2004

 2003

Louis de Froidour, une vie en forêt, un opus de la série « Epopées Pyrénéennes » (26’. Diffusion France 3)

 1991-1996

Des portraits de Résistants (5 x 26’ et 1 x 52’. Prod Cerravhis. Diffusions Planète et France 3)

Sur les motivations de l’engagement dans la Résistance.

Titres : « La colère de Roger », « Contre le glissement du souvenir », « Nous, Portrait de Jean-Pierre Vernant , Résistant »….

 Réalisation de Fictions :

 2013

Forever Jeune, Long métrage de fiction, Aide à l’écriture CNC, Co-écrit avec Jean-Louis Milesi (scénariste de R Guédiguian), production Everybody on Deck. Tournage printemps 2014.

 2011

Les Eaux Fortes. Moyen-Métrage de 60’ (adaptation de la pièce de théâtre Crue (cf infra). Sélectionné par le Centre National de Cinématographie

 2005

Reportage. Court-métrage 10’. Nominé à Clermont-Ferrand 2006

 2004

Je me suis endormi. Court métrage 5’.  Nominé à Angers en compétition officielle 2004

 2003

L’île au phare. Moyen métrage 45’. Nominé à Angers en compétition officielle 2004.

 1996

L’autre rive. Court métrage 15’ (diff. Canal Plus, la Cinquième). Nominé Clermont, Grenoble, Gindou. Premier Prix CNRS-UNESCO 1998

 Ecriture et Mise en scène de Théâtre :

 

Crue, pièce écrite en 2005, lecture en 2006 à la Cave Poésie avec René Gouzenne, mise en scène au Théâtre du Pavé pour 11 représentations en novembre 2007.

  Publications de textes :

1. Articles dans revues internationales ou nationales avec comité de lecture :

 

2012 Rohmer ou le jeu des variations. Ouvrage collectif. Article « La fabrique d’Eric Rohmer », Entretien avec Renato Berta autour des Nuits de la Pleine Lune. PUVincennes.

  2009 La cuisine de la création », Revue Entrelacs (LARA) « L’Atelier »

                  2008 «  Les mises en scènes successives d’une pièce de théâtre et d’un film »,  Revue Entrelacs.fr (LARA)

  1999 « Autoradio », Revue Entrelacs « Musique de Film »

 1996 « La chute », Revue Entrelacs « Le corps »

 2. Conférences données à l’invitation du Comité d’organisation (congrès national ou international) :

 2011 « Cigalon, une farce »,

Colloque de Sorèze. Lara. Dans « Marcel Pagnol, un inventeur de Cinéma » Editions Roger Caillois.

Colloque International sur l’Art, l’Entreprise artisanale et la Technologie de Gabès.

2008 « Manger à l’écran, documentaire ou fiction ?»

Colloque de l’Université Arras Valenciennes, Actes à paraître.

2008 « La gastronomie française comme exemple d’une activité où Artisanat, Industrie et Art cohabitent sans se confondre »,

Enseignements

 

Actuellement PR à l’ESAV, Université de Toulouse le Mirail depuis septembre 1997. Titularisation en qualité de Maître de Conférence à l’ESAV en 1998. Prof. En 2010

 

Responsable du Master en Etudes Audiovisuelles de l’UTM, Responsable du département Réalisation de l’ESAV.

 

Responsabilité d’exercices :

 

1998 – 13      Responsable d’un exercice en 1ère année : « super 8-16 gâchette Tourné Monté »

                   Responsable d’un exercice en 2ème année : « 16 Cut »

                   Responsable d’un exercice en 3ème année : « Personne – personnage »

Responsable de l’Atelier de Création Recherche de DEA puis du Master 2

 

Disciplines enseignées :

 

1998 – 13      La réalisation cinématographique et audiovisuelle

Thématiques : Les postures de réalisation, la frontière féconde entre le documentaire et la fiction, la connaissance intime du matériau, l’acteur, le personnage, la personne.

 

Tutorat (moyenne annuelle)

 

De création recherche : exercée sur 5 étudiants de 1ère année, sur 7 étudiants de 2ème année au sujet de leur projet personnel de fin de Licence, sur 15 étudiants de Master 2 en Etudes Audiovisuelles, parcours réalisation.

 

De recherche : exercé sur 6 DEA puis Master 2. 6 doctorants.

 

 

 

RESPONSABILITES PEDAGOGIQUES ET ADMINISTRATIVES ET AUTRES RESPONSABILITES COLLECTIVES

 

 

Responsabilités pédagogiques générales :

 

2009-           Responsable du Master en Etudes Audiovisuelles de l’ESAV

2007-           Responsable de l’année de Master 2 Option Réalisation

2005 – 07      Responsable de l’année de Master 1 Option Réalisation (3ème année ESAV)

2002 – 04      Responsable de l’année de Licence (ex 2ème année ESAV)

 

Cette responsabilité m’a conduit à créer de nombreux exercices filmiques bâtis autour de partenariat avec d’autres institutions telles que :

 

Le Lido, Ecole de Arts du Cirque

Le Centre de Danse Contemporaine

Le Théâtre National de Toulouse

La Cinémathèque de Toulouse

Le Forum des Images de la Ville de Paris

Le Conservatoire National de Toulouse

 

 

Autres responsabilités collectives :

 

2005 – 13      Co-responsable scientifique du séminaire SIS (Ecole Doctorale TESC et MSHT) en collaboration avec le laboratoire de Dynamiques Rurales.

 

      2008      Election au Comité Scientifique 18eme section de l’Université Toulouse le Mirail.

 

1998 – 13      Correspondant ESAV – Programmation de CinéMirail

                   Membre du bureau du CIAM 

 

1998 – 13               Communications à de nombreuses journées d’études du LARA.

 

1998 – 09      Coordinateur Général de la Corrida Audiovisuelle de l’ESAV, Rencontres Internationales des Ecoles de Cinéma et de Télévision organisées au Cratère en 1998, à la Cinémathèque de Toulouse par la suite.